l-accompagnement-biographique

L'accompagnement biographique

BLOOOOM-UP_quadri

Le réseau social du bien-être, lance son blog,
consacré aux professionnels du bien-être et aux thérapies.

Rejoingnez-nous sur BloooomUP !


Qu’est-ce que l'accompagnement biographique ?

Selon les données de Rudolf Steiner

NB-basse

Philippe Clairfayt est accompagnant biographique.

 

Guidés par sa pratique, nous revisitons des morceaux choisis de  nos vies en suivant les lois de la biographie, faites de rythmes et les processus. Par leurs enseignements, nous dénouons, nous ouvrons au vivant. Nous initions un dialogue entre passé, présent et avenir, pour soutenir notre métamorphose !

 

Retrouvez Philippe sur BloooomUp

 

Etre accompagnant biographique, qu’est-ce que c’est ?

 

Le travail biographique est un travail sur la vie, qui conduit à une connaissance de soi.

Un travail d’évolution personnelle, pour ne pas employer développement personnel qui est un peu galvaudé mais aussi un peu étriqué.

Je ne suis pas un biographe. Le biographe écrit l’histoire d’une personne.

 

Quel est le potentiel unique de cet accompagnement ?

 

Cette démarche nous aide à devenir acteur de notre propre histoire.

A travers tous les éléments qui nous sont donnés par la vie : hérédité, éducation, culture, le décor de notre « Je » est posé, comme dans une pièce de théâtre. L’acteur (le « Je ») doit faire avec ces éléments, c’est le terrain de jeu du « Je » !

Voilà l’intention du travail biographique, percevoir quel est le décor de mon « Je » et comment ce dernier va trouver à s’exprimer sur la scène de sa vie…

La force de cette démarche est de pouvoir regarder son histoire de façon décalée et artistique.

 


Comment pratiquez-vous
l'accompagnement biographique ?

FACEBOOK-BANNIÈRE 2 

www.chemins-singuliers.com, le site de Philippe Clairfayt 


Pouvez-vous nous décrire la première séance ?

 

La première séance met progressivement en lumière les questions qui émergent aujourd’hui dans ma vie. Cette première séance est très importante, elle va éclairer tout le travail biographique.

 

Petit à petit, je découvre que je suis actuellement confronté à des « thèmes » : par exemple, « je ne sais pas me mettre en valeur» ou « j’ai du mal à aller vers les autres ». Ces thèmes fournissent la matière première pour travailler.

Perçus dans la biographie, ils feront émerger une foule d’événements significatifs du passé. Dans la manière de vivre ces événements nous sommes ainsi amenés à percevoir notre propre style et comment certaines capacités nous « cherchent » en quelque sorte … des capacités que nous pourrions développer et qui ont affaire avec l’avenir !

 

Comment se déroule un accompagnement ?

 

cheveux_1

L’accompagnement biographique aide la personne à identifier les rythmes et les processus qui ponctuent son histoire.

 

Pour être plus clair, si je suis confronté à un thème aujourd’hui, je l’ai très certainement déjà croisé auparavant, mais quand ? Combien de fois ? Et sous quelle forme ?

 

Bien souvent, j’interagis plusieurs fois avec le même thème à différentes périodes de ma vie. Tel le bloc de marbre du sculpteur, mon thème progresse et contribue à ma métamorphose. Chaque fois que je le rencontre, je peux agir pour le transformer, ou pas … dans ce dernier cas la vie aura l’intelligence de nous proposer de nouveau des situations qui permettront cette transformation. Les crises et les maladies peuvent être des portes majeures pour ce travail de métamorphose.

 

Le « Je » cherche à apparaître dans ces moments de métamorphose, mais pas toujours de façon aboutie. Quelque chose veut émerger qui rencontre des obstacles, des soutiens et des ressources. Le passé garde le souvenir de ces moments ou l’avenir s’est présenté à nous !

 

En regardant comment j’ai « agis », comment j’ai « ressenti », comment ma conscience s’est ouverte tout au long de ma vie, et grâce aux outils de l’accompagnement biographique, je deviens de plus en plus acteur de ma propre vie.

 

Quelles sont les informations à rechercher concrètement dans la biographie ?

 

Les personnes arrivent parfois avec un thème qui « tourne en rond », qui n’avance plus. Par divers types de récits, le travail biographique fera émerger cette récurrence.

 

Je demande souvent à la personne de nommer les moments de crises qui ponctuent son parcours, en lien avec les thèmes présents. Un événement positif peut aussi être un moment de crise, c’est-à-dire quelque chose qui a tout bousculé. C’est précisément le moment où la vie nous offre la possibilité de grandir. Ces moments sont intéressants, on y découvre comment le « Je » est sollicité.

 

On peut alors comprendre quelles qualités ces événements ont fait émerger, comment ils m’ont permis de me développer. Puis on peut se tourner vers l’avenir ! En effet, lorsque je vis une crise, c’est mon avenir qui m’interpelle, … ce que je vis est une conséquence de ce que je vais développer. C’est ce prochain pas là qui est en jeu.

 

L’objectif est  d’élargir notre vision habituelle – linéaire – d'enchaînement de causes à effets. Les cycles doivent être des spirales, non des cycles circulaires : les spirales nous entraînent vers la dynamique de l’avenir, elles ne repassent jamais exactement deux fois par le même endroit.

 

Comment cette méthode fait-elle son apparition dans votre parcours ?

 

Pendant une bonne grosse crise ! J’ai pris du temps pour me retirer, j’étais en perte de sens, sans perception claire de l’avenir. Je suis tombé sur un médecin qui proposait cette méthode. Au même moment, l’intuition d’un ami de confiance est venue confirmer ce que je ressentais déjà comme étant une « évidence » : je me suis engagé dans un accompagnement biographique. Suite à cette année et demie, j’ai décidé de suivre la formation. Depuis, c’est avec cette pratique que je chemine, dans divers aspect de ma vie.

 

 

Pour aller plus loin

 

Cette pratique peut-elle intéresser les organisations (entreprises, associations, habitats groupés, …) ?

 

Chemins singuliers pour les entreprises, associations, habitats collectifs

Bien-sûr, dans notre travail nous donnons parfois vie, collectivement, à un organisme qui nous dépasse. Dans les organisations, s’entrecroisent de multiples biographies personnelles, mais elles ont également leurs biographies propres (on les appelle des « personnes morales »!)

 

Dans l’entreprise, j’interviens à différents niveaux. Cela peut être de l’accompagnement personnel, pour soutenir des personnes en crise sur leur parcours professionnel. Mais également au niveau des équipes avec certains outils spécifiques, pour travailler sur la raison d’être d’un service ou d’une organisation.

C’est un travail en profondeur qui permet de (re)donner du sens et de l’enthousiasme aux personnes engagées dans ces projets. Parfois même, pour certains, de se rendre compte qu’il ne sont plus en lien avec cette organisation et de pouvoir la quitter de manière positive. Cela joue aussi beaucoup sur la qualité des relations entre les personnes.

 

Les outils du travail biographique aident à faire de nouveau circuler la source, le vivant dans les organisations et à relier cette source spirituelle au travail concret et matériel du quotidien.

 

Est-ce une pratique ancienne, pouvez-vous nous en dire plus sur ses origines, sur les praticiens, sur votre formation ?

 

Cette approche a une cinquantaine d’années. Elle est assez peu connue en France où elle compte, à ma connaissance, moins de 20 praticiens. Une formation est aujourd’hui dispensée à Lyon à l'Atelier du Fontenay

Pour ma part, je me suis formé en Suisse il y a 5 ans.

 

Actuellement je me forme à la Saluto qui est une approche de l’être humain, complémentaire à l’approche biographique. Elle aussi, nous aide à percevoir nos enjeux en terme de forces d’avenir, et notre vie pas uniquement comme une suite de causes et d’effets.

En bref, selon la démarche Saluto, je suis placé là où j’ai quelque chose à développer, un potentiel qui demande à se réaliser. « Qui je suis » et « d’où je viens » n’ont de sens que si quelque chose dans l’avenir leur donne du sens.

La pédagogie Saluto

 

Pouvez-vous nous parler de déontologie ?

 

Bien-sûr la déontologie est très importante dans notre pratique, car il faut une grande confiance en l’accompagnant pour oser se confier, se tromper, revenir en arrière …

Tout d’abord donc la confidentialité est essentielle. Il en va de même du non jugement, qui implique un entraînement quotidien du thérapeute.

La supervision nous permet de garder du recul sur notre pratique grâce au regard objectif et régulier d’un formateur. Nous avons également développé de l’intervision au sein de l’association « Art du Je » : un échange régulier et créatif entre accompagnants.

L'association Art du Je, accompagnement biographique



Publié le 19 Septembre 2019