la-gestion-mentale

La gestion mentale

BLOOOOM-UP_quadri

Le réseau social du bien-être, lance son blog,
consacré aux professionnels du bien-être et aux thérapies.

Rejoingnez-nous sur BloooomUP !
 
 

Qu'est-ce que la gestion mentale ?

 

IMG-2012


 

 

La gestion mentale concerne les gestes mentaux de l’apprentissage, ceux qui permettent à un être humain d’entrer en situation de connaissance des choses et des êtres. Ces gestes sont l’attention, la mémorisation, la compréhension, la réflexion et l’imagination créatrice, décrits par le philosophe et pédagogue Antoine de la Garanderie.

C’est une discipline transversale, qui nous apprend « comment on fait pour apprendre », en amont de l’acquisition de connaissance, qu’elles soient sportives, artistiques, techniques.

C’est un acte conscient.

 

A qui s'adresse la gestion mentale ?

 

Cette discipline intéresse bien-sûr les personnes en situation d’apprentissage, élèves ou étudiants, les parents, et les professionnels de l’enseignement, de l’accompagnement ou de la santé.


Chacun peut y  comprendre comment il fonctionne lui-même, voire étendre cette connaissance à sa pratique professionnelle ou à l’accompagnement de son enfant.

Ceux qui ont déjà commencé leurs études y découvrent l’occasion de réajuster leurs stratégies d’apprentissage.

Antoine de la Garanderie est l’auteur de l’ouvrage « Tous les enfants peuvent réussir ». Car la gestion mentale concerne tous les enfants, quel que soit leur niveau ou même leur handicap. A partir du moment où la personne découvre ce qui marche chez elle, ce qui est plus efficace, ce qui a du sens sens pour elle, c’est pour elle très motivant. Elle accède à une réalisation d’elle-même.


En ce sens-là, chacun peut réussir à exploiter un maximum de ses potentialités intellectuelles !

 
IMG-2013

Que nous apporte la gestion mentale ?

 

On a longtemps demandé aux élèves d’être attentifs et de réflechir «  mais fais un peu attention ! ou mais reflechis voyons !), sans leur expliquer comment y parvenir. Or il ne suffit pas de percevoir une information pour en avoir la conscience. Ainsi, pour certaines personnes,  la gestion mentale ouvrira largement le champ des possibles en termes d’apprentissages.

 

On pourra donc s’entrainer à des processus que l’on ne maitrise pas encore afin de s’améliorer : apprendre à être attentif, à comprendre, à mémoriser. Chacun pourra découvrir son potentiel, ses ressources propres et accéder à une autonomie de penser et d’être.

 

Pour les étudiants qui souhaitent enrichir ou développer leur puissance de connaître, se structurer, s’organiser et apprendre plus efficacement, les outils de la gestion mentale sont précieux.


Quels sont les principaux enseignements de la gestion mentale ?

 

Un geste de mémorisation efficace, élaborée par Antoine de la Garanderie, consiste à demander aux enfants de « faire vivre dans leur tête » l’information qu’ils doivent apprendre, c’est-à-dire de se l’approprier, de passer par l’ « évocation ».


En effet, l’effort de mémorisation ne se produit pas au moment où l’on cherche à se rappeler de l’information, mais bien au moment où l’on en a pris connaissance. Surtout pour la mémorisation il doit y avoir un projet. Il est necessaire alors de se voir réciter, répondre par écrit, comme un acteur de théatre qui se voit sur les planches

 

On s’aperçoit également que chaque personne n’a pas la même façon de faire vivre les informations dans sa tête, certains voient des images, d’autres entendront des phrases, des mots, se font des films….

 

Maintenant, les apports de la neuroéducation, qui s’appuie sur l’imagerie cérébrale, offrent des pistes complémentaires. L’influence primordiale de la première phase d’apprentissage est confirmée : la rétention est souvent proportionnelle à l’effort fourni lors de cette prise de contact avec l’information. L’importance de l’appropriation personnelle d’un savoir se confirme également : se poser des questions, reformuler avec ses propres mots sont des techniques efficaces.

 

On découvre également qu’un premier apprentissage ne suffit pas, la répétition régulière, à rythmes définis est indispensable. Créer des liens entre les apprentissages fait gagner beaucoup de temps et facilite la compréhension, d’où le succès actuel des « cartes mentales » dans les techniques d’apprentissage.

 

La vocalisation (apprendre à haute voix) aurait également un impact sur notre faculté à mémoriser. Une bonne connaissance du vocabulaire de base lié à un apprentissage faciliterait quant à lui la compréhension.

 

L’interview de Laurence Le vernoy-Duchemin,
conseillère en gestion mentale

 

Laurence Le Vernoy-2


Le site de Laurence

 

Quelle est votre vision de la gestion mentale ?

 

Pour moi l’une des clés d’entrée essentielles est de croire en la personne : quand on croit en elle, qu’elle va y arriver, on est déjà d’une aide précieuse !

 

L’idée est d’accompagner la personne dans la découverte de ses fonctionnements, de ses constructions en partant d’une réussite et de transferer sa façon de s’y prendre dans d’autres domaines. Je n’impose jamais une façon de faire.

La gestion mentale aide aussi à comprendre comment les autres fonctionnent, ce qui est précieux quand on veut communiquer efficacement.

La gestion mentale est utile lors de l’apprentissage, mais aussi de plus en plus utilisé en entreprise.

 

Proposez-vous des ateliers de gestion mentale ?

 

Oui,du CP aux terminales et j’organise maintenant un atelier que j’ai appelé « J’ai la mémoire qui flanche ». Il s’adresse à toutes les personnes qui souhaitent continuer d’exploiter au mieux leur potentiel de mémorisation avec l’âge. Nous essayons de comprendre comment mieux mémoriser, continuer à être attentif quand on le décide.

 

Je fonctionne beaucoup par le jeu, en lien avec le dialogue pédagogique. Et nous faisons des liens entre ce que la personne découvre sur son fonctionnement en jouant et qu’elle pourrait utiliser lors de son apprentissage.

 

Comment la gestion mentale est-elle arrivée dans votre parcours ?

 

Après une scolarité difficile, je me suis orientée vers la finance ! Evidemment cette orientation n’était pas vraiment la bonne.

 

Mes enfants ont ensuite fréquenté l’école française du Luxembourg, gérée par les parents. J’ai été sensibilisée à travers eux à la problématique des enfants précoces, ce qui m’a renvoyée vers ma propre histoire.

 

Je me suis formée à la CNV, puis à l’éducation positive.

Je me suis ensuite intéressée à la Méthode d’Accompagnement Personnalisée (MAPréussite, qui signifie aussi carte en Anglais !) : Cette méthode prend le jeune dans sa globalité pour développer la confiance en soi, la motion et l’organisation. Cette méthode s’inspire de nombreuses methodes, outils dont la gestion mentale, que j’ai souhaité appronfondir

 

Formation : IFParis, une école qui forme à la gestion mentale


https://iedh.fr/en-savoir-plus/gestion-mentale-la-garanderie/

 

Publié le 18 Novembre 2019

Partager l'article