laure-zanella-le-bonheur-n-est-souvent-qu-a-un-pas

Laure Zanella, le bonheur n'est souvent qu'à un pas

Laure Zanella
« Soyez simplement là au lieu de chercher à être constamment ailleurs »

 
livre 
 
Laure Zanella est coach intuitive et auteure de Le bonheur n'est souvent qu'à un pas,
dont elle nous parle aujourd’hui.

Une interview BloooomUp de Mélissa Vieira
 
 

Dans votre livre Le Bonheur n’est souvent qu’à un pas, on fait la connaissance de Lucie, une jeune femme malheureuse, engluée dans sa routine.
Pourquoi cette routine était un frein à son bonheur ?

 
 

 

La routine en elle-même n'est pas un problème, mais bien souvent, on se laisse embarquer par cette routine pour commencer à vivre un peu comme un robot, en mode automatique, sans plus prêter attention à ce qu'on vit ou à ce qu'on ressent. On répète jour après jour les mêmes gestes comme par réflexe, et le fait de poursuivre dans ce sens fait qu'on se retrouve comme anesthésiés, avec bien souvent le sentiment de ne pas être totalement vivants.


L'autre problème de la routine est qu'on continue de suivre nos habitudes sans prendre le temps de remettre en question nos choix, ce qui fait que même si au départ, on suivait certaines directions par réelle envie de le faire, nous évoluons tous, nous changeons, nos goûts et aspirations changent aussi, et vient un moment où ce qui nous convenait hier ne nous apporte plus forcément de joie ou d'enthousiasme.


En somme, ce n'est pas tellement la routine qui est "dangereuse", mais surtout le fait de ne plus être vraiment présents à ce qu'on vit parce que le fait d'être là, entièrement, nous permet de ressentir nos émotions plus pleinement et c'est ça qui nous fait nous sentir vivants et qui remplit notre mémoire de tas de jolis souvenirs.

 

Comment sortir de cette routine ? 

 

Je dirais que dans un premier temps, le fait de prendre conscience de notre attitude "robotique" pourra être une précieuse aide, car tant qu'on ne se rend pas compte de ce qui se passe, on ne peut rien faire à ce sujet.


Ensuite, c'est une question de choix. Il s'agit de reprendre l'habitude de prêter attention à ce qui se passe, à ceux qui nous entourent, à ce que nous ressentons aussi. Il arrive souvent qu'on soit en train de faire une chose concrètement et qu'on soit totalement ailleurs en pensées.  Ce n'est ni bien ni mal, simplement, la qualité des moments que nous passons est bien moindre quand on se laisse constamment happer par ses pensées au lieu d'être présents à ce que nous vivons juste là, en cet instant. Le simple fait d'observer le décor autour de nous, de respirer un grand coup, d'être attentifs aux sensations dans notre corps nous aide à revenir à ce moment présent. Il n'existe pas un chemin qui serait juste et d'autres qui nous conduiraient à des impasses, aussi, vivre le moment présent ne doit pas nous apparaître comme une obligation ou une nécessité.


A chacun de choisir son chemin en fonction de ce qui lui convient ou non, simplement, nous sommes nombreux à avoir le sentiment de passer à côté de notre vie, à chercher constamment de nouveaux buts plus grandioses à atteindre en imaginant qu'une fois ceux ci atteints, nous nous sentirons enfin heureux et comblés.


Mais le fait est que ce ne sont pas nos réussites concrètes qui nous rendent heureux. C'est le fait de commencer à profiter de ces instants que nous traversons, même les plus simples. Soyez simplement là au lieu de chercher à être constamment ailleurs, au lieu de croire qu'avoir fait plus de chemin, qu'avoir eu telle prise de conscience ou réalisé tel objectif vous rendra plus heureux, et vous allez voir à quel point votre vie va devenir lumineuse et colorée. C'est beaucoup plus simple que ce qu'on pourrait imaginer. Juste à un pas de nous finalement !

 

laure zanella


Lucie a dû également se confronter à un manque de confiance en elle.
En quoi ce manque de confiance l'empêchait de vivre pleinement sa vie ? 

 

Quand on manque de confiance en soi, on se croit obligés de répondre constamment aux attentes des autres pour pouvoir être aimés, respectés et ainsi de suite. Du coup, on s'enferme bien souvent dans tout un tas d'obligations (qu'on s'impose finalement à soi même) en croyant que le fait de tracer sa propre route, de s'autoriser à dire non et de répondre à ses propres aspirations avant tout va faire que ceux qui nous entourent vont se détourner de nous.


Mais si les autres se détournent de nous parce que nous choisissons de faire ce qui NOUS rend heureux avant tout, c'est que ces personnes n'étaient de toute façon pas là pour de bonnes raisons et ne cherchaient dans doute qu'à profiter de nous, alors autant qu'elles s'en aillent immédiatement. Ceux qui nous aiment sincèrement ne s'en iront pas parce que nous faisons ce qui est bien pour nous et s'autoriser à faire ce qui est bien pour soi est quelque chose qu'on peut commencer à mettre en place quand on prend confiance en soi, quand on comprend que ce ne sont pas les regards et les jugements des autres qui nous définissent. Une toile de Picasso sera toujours une toile de Picasso. Certains vont l'aimer, d'autres pas. Pourtant, quoi qu'on pense d'elle, la toile est toujours la même et c'est pareil pour nous tous.


Nous avons juste besoin de nous rendre compte que nous n'avons pas à être différents de qui nous sommes, que nous n'avons pas à évoluer, à devenir une sorte d'être humain parfait. Nous sommes tous différents, uniques, et c'est ça qui fait notre richesse. Reconnaître que tels que nous sommes, y compris avec ce que nous appelons "défauts", nous avons déjà de la valeur et sommes dignes d'amour est un grand pas en avant pour s'autoriser à mener enfin une vie qui nous convienne vraiment.

 

  

 

A l’aide de ce " roman à messages "que souhaitez-vous enseigner à vos lecteurs ? 


Que nous avons toujours les choix. Que nous sommes finalement notre propre ennemi, tant que nous ne nous rendons pas compte que ce que nous avons tendance à reprocher aux autres n'aurait pas pu prendre forme si nous-mêmes ne l'avions pas autorisé. Il ne peut y avoir manque de respect si nous mêmes n'acceptons pas ce qui est irrespectueux envers nous. Ce que nous voyons au dehors n'est qu'un simple reflet de la façon dont nous nous considérons et traitons nous-mêmes, et en transformant petit à petit notre regard sur qui nous sommes, l'extérieur change de la même façon.


L'autre message important c'est que le bonheur ne part pas d'éléments extérieurs à nous. Il est déjà présent, en nous, disponible à n'importe quel moment. C'est le fait de cesser de lutter contre les événements ou contre ce que nous ressentons qui nous permet de nous sentir en harmonie avec le flot de la vie, et ça, c'est accessible à chacun et à n'importe quel moment. Si nous observons ce qui se passe en nous quand nous nous sentons malheureux, nous allons rapidement nous rendre compte à quel point nous sommes tendus, crispés, comme totalement contractés.


Le fait de prendre conscience de ça, de commencer à respirer plus à fond pour relâcher toutes ces tensions nous donne accès à un mieux-être quasi immédiat, et le fait de simplement rester ouverts face aux événements de la vie plutôt que de se braquer dès que quelque chose semble aller de travers nous permet là aussi de nous sentir bien plus heureux et de plus en plus au fil de notre cheminement.

 

 

Publié le 13 Novembre 2019

Partager l'article