olivier-clerc-peut-on-tout-pardonner

Olivier clerc
"Peut-on tout pardonner ?"

Olivier Clerc
Peut-on tout pardonner ?

« Le pardon est un cadeau qu’on se fait à soi-même »

 

 AVT_Olivier-Clerc_163

  

Nous évoquons aujourd’hui le pardon avec Olivier Clerc,
traducteur, conférencier, formateur et écrivain de nombreux livres,
dont Peut-on tout pardonner ? et Le Don du Pardon.

Une interview BloooomUp de Mélissa Vieira

 

Selon vous, peut-on tout pardonner ?

 

Cette question – Peut-on tout pardonner ? – a servi de titre à mon 2e livre sur le pardon, écrit 6 ans après Le Don du Pardon. C’est en effet la question qu’on me pose le plus souvent, dès qu’on aborde cette thématique.

 

Sans vouloir trop spoiler mon livre, je dévoilerai cependant que le chemin que je fais parcourir à mes lecteurs et lectrices – en redéfinissant le pardon ; en écartant les 15 obstacles les plus courants au pardon ; en présentant quatre approches différentes du pardon – permet de réaliser, en fin de livre, que cette fameuse question n’est pas la bonne !



Cette question est en effet le reflet d’une ancienne compréhension du pardon avec laquelle ni moi ni plusieurs autres intervenants sur cette question, ne sommes d’accord. En effet, elle met l’accent sur l’autre : est-ce que je peux lui pardonner, à lui ou à elle ? Est-ce que je peux leur faire cadeau de mon pardon ? Or, en réalité, le pardon est un cadeau qu’on se fait à soi-même, avant tout. C’est guérir les blessures de son cœur, pour pouvoir à nouveau aimer, connaître la joie, retrouver le sourire.

 

Dès lors, je propose de remplacer cette question inadaptée par deux autres questions qui sont celles qu’on se pose vraiment, sans le savoir :

  • Est-ce que je peux guérir ? Autrement dit, est-ce que je peux soigner les blessures de mon cœur ? Est-ce que je peux retrouver un cœur aimant, plutôt que d’être condamné-e à souffrir jusqu’à la fin de mes jours ? Cette question me concerne moi.

  • Qu’est-il juste de faire par rapport à la personne qui m’a fait du mal ? Eh oui, il n’y a pas que moi, il y a l’autre aussi. Et si le pardon guérit mon cœur, il est aussi important de faire preuve de discernement (mental) pour déterminer que faire par rapport à l’autre. Une réconciliation est-elle envisageable ? Ou vaut-il mieux ne plus fréquenter cette personne ? Ou dois-je même porter plainte (mais avec le cœur en paix, car le travail de pardon a été fait) ? Cette 2e question est donc centrée sur l’autre.

 

Dans ce bref article, je ne peux que survoler ce sujet. Celles et ceux qui voudraient aller plus loin peuvent se procurer le titre qui correspond à cette question !

 
51IyX5-GArL._SX260_


Qu’est-ce qui nous empêche de guérir des blessures et souffrances passées ?

 

Beaucoup de choses ! D’abord, notre ignorance, j’ai envie de dire. Le fait que, jusqu’ici, peu de gens étaient au courant de toutes les méthodes disponibles pour opérer cette guérison des blessures du cœur. Du coup, chacun-e se débrouille de son côté, tant bien que mal (et plutôt mal, d’ailleurs !). Et puis, toute notre culture nous confronte à des personnes aux prises avec les mêmes difficultés que nous, et qui ont autant de mal que nous à s’en sortir : livres, séries TV, films, et même dessins animés pour enfants.

 

C’est en s’ouvrant à de nouveaux témoignages, en découvrant de nouvelles méthodes, en prenant conscience de la façon dont – le plus souvent – on fait en grande partie son malheur soi-même que progressivement les moyens de guérir se révèlent à nous et qu’on peut enfin guérir !

 

Au-delà de la guérison – du pardon – je prône donc aussi une éducation, une prévention : fournir au plus grand nombre les connaissances nécessaires à ne plus s’enfermer dans ses rancunes, son ressentiment, ses haines. Comprendre comment nous fonctionnons, de manière à pouvoir orienter consciemment ce fonctionnement vers le meilleur, plutôt que de le laisser inconsciemment nous entraîner vers le pire. Et la bonne nouvelle, c’est que des dizaines de milliers de personnes ont déjà fait cette expérience, en utilisant l’une ou l’autre des méthodes disponibles – cercles de pardon, ho’oponopono, holoenergetic, pardon radical, etc. – et ont vu leur vie changer du tout au tout !

 
71bFEMtlSEL


Comment pardonner,
afin de retrouver paix et bonheur ?

 

Il existe aujourd’hui, comme je l’évoque ci-dessus, de multiples voies d’accès au pardon, comme il existe une multitude de thérapies pour le corps physique (phytothérapie, aromathérapie, homéopathie, acupuncture, naturopathie, allopathie, etc.). On n’a pas à réinventer les choses soi-même, seul-e dans son coin. On peut profiter des connaissances et de l’expérience des autres. Ça fait gagner beaucoup de temps… et d’efficacité !

 

Il y a de nombreux livres sur chacune de ces méthodes. Et – si je prêche deux secondes pour ma « paroisse » ! – il existe déjà près de 220 cercles de pardon, animés sans but lucratif, qui permettent de vivre en 2 ou 3h une expérience forte du pardon.

 

La Journée Internationale du Pardon, que j’ai lancée cette année le 18 septembre dernier, en collaboration entre notre Association Pardon International et plusieurs partenaires dans le monde, et qui a réuni plus de 10 méthodes, dans 20 pays, avec près de 130 événements programmés, a justement pour but de faire connaître toutes ces approches, pour que chacun-e trouve celle qui lui convient le mieux à tel ou tel moment de sa vie.

 


Pour aller plus loin :

Le Don du Pardon, O. Clerc, Trédaniel 2010. Traduit en 8 langues.

Peut-on tout pardonner ?, O. Clerc, Eyrolles 2015.

 

www.cerclesdepardon.frwww.journeeinternationaledupardon.org

Publié le 03 Décembre 2019

Partager l'article